« Maman, maman ! Regarde, j’ai mon premier super-pouvoir ! Je l’ai attendu si longtemps ! »
« Oh, je suis fière de toi ma grande. Qu’est-ce que c’est ? »

« Je peux aller très très vite ! »
« Ah, très bien, ça nous servira pour les courses, si ton père oublie encore d’acheter du pain. »
« Maman ! Moi je veux me servir de mon pouvoir pour faire le bien ! Et aussi sortir avec mes copines… »
« Écoute, tu laisseras les grands super-héros sauver le monde, nous, on est des gens normaux. »
« Et pourquoi je pourrais pas être une grande super-héroïne ? »
« Ma chérie, c’est bien d’avoir un super-pouvoir, mais regarde le Putois solitaire : il peut voler dans l’espace ! Ses inventions sauvent la planète partout dans le monde ! Tu ne seras jamais quelqu’un comme ça. »
« Eh bien si, parce que…

… j’étudierai les plus grands super-héros et je découvrirai comment en devenir une ! »
« Bonne idée. J’ai toujours voulu étudier, mais mes parents ne pouvaient pas payer pour mes études, donc j’ai dû travailler après mon bac. Profite de ta chance, ma chérie. »

Le lendemain, au CDI de son lycée :

« Bonjour Mme Yastir. Je voudrais comprendre l’origine des plus grands super-héros. Vous avez des livres à ce sujet ? »
« Bonjour Léa. Tu n’as pas trouvé ce que tu voulais sur YouTube ? »
« Je veux des informations sérieuses, pas des opinions de Youtubeurs illustrées par des chatons. »
« Si seulement les autres élèves pensaient comme toi… tiens, voici plusieurs ouvrages à ce sujet :

« Merci Mme Yastir. Je prends le vieux livre et la BD, ça me fera le début et la fin de l’histoire. »
« Bonne lecture Léa. Pense à les ramener sous 15 jours. »
« Promis ! »

Plus tard, en cours.

« Léa ! Je ne me souviens pas avoir vu des BD au programme d’histoire ! »
« Pardon madame Lascroux. »
« Que lis-tu de si passionnant ? »
« Super-héros, pourquoi pas toi ? »
« C’est un mode d’emploi ? Ils conseillent d’obtenir le bac ? »
« Non. Enfin, si, ils parlent des études, mais c’est plus compliqué que ça. Vous saviez que les plus grands super-héros sont tous des enfants de super-héros ? »
« Pas tous, quand même. Regarde le Putois solitaire. »
« Oui, le livre dit bien presque tous. Mais il explique aussi que la puissance vient rarement du travail, mais surtout de l’héritage, de l’éducation, et de l’exploitation du travail des autres ! J’ai quasiment aucune chance de devenir une super-héroïne ! Pourquoi on n’apprend pas ça en cours d’histoire ? »
« Eh bien… parce que…

Suivre

tu verras ça en cours de philo ! »

Le lendemain matin, en cours de philo.

« Léa. Léa ! LÉA ! »
« Gné ? »
« C’est mon cours qui t’endort, ou tu as joué à Fortnaïte toute la nuit ? »
« Ni l’un ni l’autre, M. Douchain. J’ai passé la nuit à lire La puissance des super-héros, je voulais vous poser des questions. Par exemple, pourquoi on a plein de super-héros dans nos pays, et y en a beaucoup moins en Afrique ? »
« Vaste question. La principale réponse, c’est que…

les super-héros occidentaux ont bâti leur puissance en écrasant les autres peuples. »
« Mais pourquoi personne le dit à la télé ? Les super-héros sont des stars, les journaux parlent d’eux tout le temps ! »
« Nous avons tous besoin de héros, Léa. Mais ce sujet n’est pas au programme du bac. En application du programme officiel, je vous propose aujourd’hui d’aborder la notion de Travail dans l’œuvre de Karl Marx… »

À la sortie du cours :
« Léa, pourquoi t’as dit du mal des super-héros ? »
« N’importe quoi, Enzo, j’ai pas dit du mal. Juste c’est pas normal qu’on parle jamais de tous ceux qui bossent derrière, c’est pas juste. »
« T’es jalouse parce que t’as pas de pouvoir, c’est tout. »
« Ah ouais, tu crois ça ? Et bah regarde ! »

Léa s’élance et boucle le tour du lycée en quelques secondes.

« Alors, c’est qui qu’a pas de pouvoir ? »
« Mouais, tu vas pas si vite que ça. Jake Newtown est plus rapide qu’un avion ! »
« Toi, t’es jaloux. »
« Moi ? Pas du tout, mais tu connais rien aux super-héros. Je les trouve trop cool, d’ailleurs…

j’ai postulé pour rejoindre l’école Y pour jeunes super-héros. »
« La quoi ? »
« Tu connais pas ? Mais tu sors d’où ? »
« Ferme ta bouche et réponds-moi. »
« C’est une classe préparatoire aux grandes écoles de super-héros. Quasiment tous les grands super-héros sont passés par là, la sélection est super dure. »
« Mais comment je peux devenir une grande super-héroïne si personne nous dit que ça existe ? »
« De toute façon tu pourrais pas rentrer. »
« Comment ça ? C’est parce que je suis une fille ? »
« Meuh non, c’est ouvert aux filles depuis super longtemps, genre 1972. Seulement c’est pas avec les cours ici que t’auras le niveau pour rentrer. Moi j’ai des cours particuliers le soir, et des stages pendant les vacances. »
« Hein ? C’est dingo, ça sert à quoi les cours ici alors ? Et ma mère pourra jamais me payer ça ! »
« Eh ouais, faut bosser pour rejoindre les meilleurs ! »
« C’est trop nul… »

Le soir, à table.

« Maman…

je veux des cours particuliers pour devenir super-héroïne ! »
« Des quoi ? »
« Des cours particuliers ! Enzo dit que sans ça, c’est même pas la peine d’essayer les grandes écoles ! »
« Les grandes écoles ? Mais, mon caramel, c’est pas pour les gens comme nous, ça. Et de toutes façons, on n’a pas les moyens. Pour tout te dire, je dois encore de l’argent à ta mamie Martine. Et elle-même ne roule pas sur l’or. »
« C’est trop nul ! J’en ai marre ! Moi je veux devenir une super-héroïne ! Puisque c’est comme ça, je…

vais commencer toute seule dès maintenant ! »
« Ah oui ? Tu as peut-être 18 ans, mais tu vis encore sous mon toi ! Le super-héroïsme, c’est bien trop dangereux, tu dois te concentrer sur tes études ! »

Une porte qui claque.

« Léa, reviens ! Reviens ! LÉA ! »

Dans la rue.

« Eh, toi ! Oui, toi ! Arrête-toi ! »
« Qu’est-ce tu veux ? J’suis pressé ! »
« Pourquoi tu vas si vite, avec ton costume ? Y a un accident ? Une urgence ? »
« Ouais, une urgence : un mec qu’a faim et je lui amène sa bouffe. »
« C’est pas très héroïque… »
« Ouais, mais ça paye. »
« Comment ça marche ? »
« Installe SüperEats sur ton tél, t’as deux trois paperasses à photographier, et t’es partie. Tchô ! »

Quelques jours plus tard.

« Léa, t’es rentrée à quelle heure hier soir ? »
« Qu’est-ce que ça peut te faire ? »
« J’ai essayé de t’attendre et je me suis endormie. Le lycée a appelé, pourquoi as-tu raté tous ces cours ? »
« Je te l’ai dit, je suis une super-héroïne maintenant. Ça prend du temps. Et c’est pas comme les cours, ça rapporte. »
« Léa, tu n’auras jamais ton bac si tu continues. »
« Et alors ? Ça sert à rien le bac. »
« Moi je l’ai jamais eu, et je sais à quel point il me manque. Écoute, tu es en colère, je comprends. Mais si tu me promets de reprendre les cours sérieusement, je…

te trouverai un mentor super-héros. »
« Sérieux ? Tu comptes le trouver comment ? »
« Ça, c’est mon problème. Tu promets ? »
« Je promets d’arrêter SüperEats dès que tu m’auras présenté ce mentor. »
« La confiance règne ! Quand je t’ai promis la barbie geek à Noël, tu me croyais… »
« Mmm… D’accord. De toute façon j’en ai marre de SüperEats. Les gens sont trop des feignasses, ils se font livrer alors qu’ils habitent à 200m ! »
« C’est compliqué d’arrêter ? T’as un préavis ? »
« Nan, on est indépendants. Enfin, ils disent ça, mais les patrons décident de tout. Hier ils ont viré Chloé parce qu’elle ne va pas assez vite. Mais c’est pas sa faute, son pouvoir est moins puissant que le mien. »
« Tout ça m’a l’air d’un boulot normal, je ne vois pas le côté indépendant. »

Une semaine plus tard.

« Voilà Léa, tu as rendez-vous avec une mentor ! Elle s’appelle Élodie, et elle…

Mes lecteurs sont vraiment des bisounours. 1 seul votant pour « vole des gens » ? Vraiment ?

élève des animaux. »
« Elle QUOI ? »
« Élodie travaille comme super-fermière. »
« Mais c’est pas super-héroïque, ça ! »
« Tous les super-héros commencent en bas de l’échelle. »
« Non, justement ! Tout le monde répète ça, mais c’est faux ! Les grands super-héros sont nés dans une famille de super-héros ! Ils vont dans les meilleures écoles, celles qu’on sait même pas qu’elles existent ! Et que même quand tu le sais, y a pas moyen d’y entrer ! Et ensuite, ils entrent dans les meilleures équipes de super-héros parce qu’ils ont des relations par leur famille et leur école ! »
« Tu trouves peut-être ça injuste, mais je n’y suis pour rien ! La vie est injuste. Plus tôt tu l’accepteras, plus tôt tu trouveras ta place. »
« Je veux pas ! Je veux pas, je veux pas, je veux pas ! Tu fais chier ! J’me casse ! »

Dans la rue.

« Et merde, j’ai pensé à mon chargeur de tel, mais pas à prendre des fringues. Bon, au moins je peux appeler…

Alors, j’admets une forme de refus de la proposition (sur l’élevage des animaux), mais c’était un peu ma proposition bouche-trou (c’est parfois le cas des 4e propositions 😉), et je ne voyais pas comment la rendre intéressante. Maintenant, Léa est à la rue. Vous êtes fiers de vous ? 😅​

Tonton Romain, un parrain ça sert pour les galères.
Allô, Tonton ? »
« Tiens, Léa, justement, je pensais à toi. »
« Ah ouais ? Pourquoi ? »
« Je pourrais te monter un bateau, mais je préfère avouer que ça tient surtout à un message de ta mère à l’instant… »
« Merci de l’honnêteté. Je pourrais passer chez toi ? »
« Bien sûr ma poulette, mais je préfère te rappeler que j’ai pas beaucoup de place. »
« Ce sera forcément mieux que dormir sur un banc. »
« Vu comme ça… tu préfères aussi être réveillée par mon alarme de 5h plutôt que par une patrouille de police ? »
« …probablement, oui. »
« Remarque, quitte à être réveillée, tu pourrais bosser avec moi. »
« J’ai laissé tomber SüperEats, c’est pas pour rejoindre un drive. Ça doit être encore plus naze. »
« Ouais, bah le drive il paye mon toit sur ma tête et il me permet de croûter. »
« Nan mais je disais pas ça contre toi, juste j’ai pas envie. »
« Ouais ouais ouais. Cela dit, ça tombe bien que tu viennes, moi j’ai pas envie…

d’emmener chez le véto ma mygale Marlene D. »
« Je, euh… tu sais que j’ai peur des araignées ? »
« Oui, mais tu veux devenir une super-héroïne, donc… »
« Donc je dois surmonter mes peurs ? Les affronter ? M’endurcir jusqu’à ce que ma volonté triomphe de tous les obstacles ? »
« Ah, oui, sûrement, mais je pensais surtout que les super-héros aident les gens, et là j’ai besoin d’aide. Sinon je devrai poser une demi-journée de congés, et mon chef adore m’emmerder. »
« Comment ça ? »
« Nan, c’est rien, il joue au petit chef, quoi. »
« J’ai jamais eu de patron. À part l’application SüperEats, mais c’est sûrement pas pareil. Dis-moi Tonton. »
« Ben il nous appelle toujours par des mots pas sympas, genre les branleurs. Mais on s’en sort bien, les femmes ont droit à des remarques sur leur physique en permanence. »
« J’ai une idée. En tant que super-héroïne, je veux traiter les problèmes, mais aussi leurs causes. Donc j’accepte d’emmener Marlene D. chez le véto, si…

tu me laisses bosser avec toi, pour que je piège ton chef. »
« Ah ouais, carrément !?! »
« Tu préfères continuer à te plaindre, les bras croisés ? »
« Nan, nan, je trouve ton projet ambitieux. Et qui a comme premier avantage que ta mère sera super contente que je te trouve du taf. Viens à la maison, on te bricolera un CV. J’ai encore celui qui a marché pour moi. Tu sais utiliser LibreOffice ? »
« Ben oui, quand même. »
« Alors dépêche-toi, je t’attends ! »
« Tonton ? »
« Oui, quoi ? »
« T’es trop génial ! »
« Je sais. Tu n’oublieras pas d’en parler à tous mes collègues… »

Trois jours plus tard.

« Voilà Léa, tu reçois la liste des courses sur l’écran fixé à ton bras, tu remplis le caddie dans l’entrepôt, et tu regroupes tout à l’accueil… »
« Ah, vous voilà. Romain, tu m’avais pas prévenu que la petite nouvelle est un canon ! »
« Bonjour, monsieur Chenu. »
« Oui, c’est ça, bonjour. Donc, tu nous présentes ? »
« Monsieur Chenu, voici Léa, ma nièce. »
« Ta nièce ? J’aurais jamais deviné ! Comment une telle beauté pourrait-elle partager son ADN avec un voyou comme toi ? Enfin, je dis ça, mais t’as bien assez de seins comme ça, Romain, le balcon de Léa ne t’irait pas du tout ! Bon, ma petite, j’ai des papiers à te faire signer dans mon bureau. En route ! »

Une heure plus tard…

« Voilà ma petite Léa, tous les papiers sont en règle, vous pouvez circuler ! C’est de l’humour de gendarme, j’étais brigadier-chef dans ma jeunesse. Et passez une bonne soirée ! »

M. Chenu ponctue cette dernière déclaration d’une claque bien sentie sur la fesse de Léa. Alors elle…

se retourne et riposte d’une baffe en pleine tête. Tous les employés présents se retournent subitement.

« Mais ? Vous êtes complètement cinglée ! Débarrassez-moi le plancher ! »
« Je suis pas cinglé, et toi t’es un vieux pervers ! J’ai l’âge d’être ta fille, qui t’a permis de toucher mon cul ?!? »
« Mais j’ai rien fait ! Oh, vous autres, quelqu’un a vu quelque chose ? »

Silence de mort.

« Voilà, c’est bien ce que je disais. Romain, tu embarques cette tarée et vous dégagez tous les deux ! Je veux plus vous voir ! »
« Mais réagissez, oh ! Y a forcément quelqu’un qui l’a vu me tripoter ! »

Plusieurs têtes se détournent, d’autres affichent un air gêné.

« Ah d’accord. Bande de trouillards. Viens Romain, on se casse. »

Sur le parking du supermarché.

« Mais Léa… »
« Quoi ? »
« C’était pas ça, le plan… »
« Ouais bah tu m’avais parlé des remarques, pas des agressions sexuelles ! Je savais pas qu’il me tripoterait. »
« Attends, une main au cul, c’est pas une agression c’est du harcèlement sexuel, à la rigueur… »
« Euh, allô ? Toucher des zones intimes, c’est la définition d’une agression sexuelle ! »
« Ah bon ? Mais on a eu une formation, sur les comportements sexistes et les agressions sexuelles. Y a une procédure… »
« Eh bah tout le monde a l’air de l’ignorer… Faut faire quoi ? »
« En parler à son supérieur. »
« Quoi ? Mais c’est lui l’agresseur ! »
« Ouais. Et sinon, à un représentant du personnel. On peut, mais je te préviens…

personne n’a jamais gagné contre Chenu. »
« Y en a beaucoup qui ont essayé ? »
« J’en sais rien. Y a des gens qu’on n’a plus revus, du jour au lendemain. »
« Tu crois qu’il les a tués ?!? »
« Meuh non ! Juste leur contrat n’a pas été renouvelé, ou on leur a proposé un gros chèque pour partir, ou ils ont laissé tomber… »
« Et bah moi je laisserai rien tomber ! C’est mon premier contrat, et même si ça fait qu’une journée, je veux me battre. »
« Alors j’appelle Yaelle, la déléguée syndicale. »

Au café du coin.

« …et voilà ce qui s’est passé, Yaelle. »
« Je ne suis pas surprise. T’es pas la première à subir ça, Léa. »
« Mais c’est dingue ! Je voulais devenir une super-héroïne, je rencontre mon premier méchant en bossant au drive, et franchement il est loin d’être super ! »
« Chenu est du genre persistant. Je ne sais pas à quel point sa tactique est calculée, mais elle marche bien : devant tout le monde, il enchaîne les remarques déplacées, et ça en reste là. Mais en tête-à-tête, il passe un cap. Quand les victimes se plaignent, tout le monde relativise en disant qu’il est lourd, mais c’est tout. »
« Alors qu’est-ce qu’on peut faire ? »
« Plusieurs options. En premier, porter plainte au commissariat. »
« Et je récupérerai mon travail ? »
« Ha ha ha ha ha ! »
« Ben quoi ? »
« Pardon, plus l’habitude de l’enthousiasme de la jeunesse. Si les policiers acceptent de prendre ta plainte, elle sera rangée tout en bas de la pile. D’un côté je trouve normal que les affaires soient traitées par ordre de gravité, hein, les meurtres d’abord. Mais de l’autre côté, les agressions sexuelles atteignent rarement le haut de la pile. Ou alors, des années après, et ça contribue au sentiment d’impunité. Surtout que, parole contre parole, très peu de coupables sont condamnés. »
« Génial… Y a d’autres options ? »
« Prévenir les journaux du coin, pour attirer l’attention. La direction n’aime pas ça. Mais selon les journalistes, ça peut être traité plus ou moins sérieusement. »
« Y a encore des journaux ? »
« Merci de me faire sentir vieille… Y a aussi des associations de défense des victimes. Je les connais pas trop. Et enfin, l’action syndicale. Rassemblement des camarades, pour décider de quoi faire. Mais je vous préviens, on n’est pas nombreux. Romain n’a jamais voulu prendre sa carte, par exemple… »
« Ben, euh… c’est trop tard ? »
« Non, Romain, bien sûr. Et toi Léa ? T’en penses quoi ? »
« Je vais…

Après tant d'épisodes, il est temps de glisser qu'une des principales inspirations de cette histoire de super-héroïne, c'est le Working Class Heroic Fantasy de Môssieur @gee !
Bonne lecture (à prix libre !) si vous ne connaissez pas encore : editions.ptilouk.net/wchf/

rejoindre le syndicat. L’union fait la force ! »
« Excellent choix. Je te donnerai les papiers d’adhésion au SHUD plus tard. »
« SHUD ? »
« Les super-héros unitaires et démocratiques. Y a d’autres syndicats, comme super-force ouvrière, ou le plus ancien, la confédération amirale des super-héros. Mais bon, j’avais un copain chez SHUD, donc pour créer la section dans le super-marché, je me suis tournée vers eux. Ils m’ont bien aidée, notamment pour éviter tous les pièges tendus par la direction. Et toi Romain, tu adhères aussi ? »
« Ben, maintenant qu’on est virés, je vois pas bien l’intérêt… »
« C’est justement en se syndiquant AVANT les problèmes que c’est le plus intéressant. Dans les négociations avec la direction, tout est question de rapports de force. Si je pouvais compter sur la moitié des salariés pour agir avec moi, ils me causeraient meilleur ! Mais là, on n’est qu’une poignée, donc c’est compliqué. À mon avis, la première chose à faire pour vous soutenir, Léa et toi, c’est de parler de votre histoire…

et déclencher une grève au drive. »
« Une grève ? Carrément ? »
« Ben oui Romain, c’est grave. Chenu n’a pas le droit d’agresser une salariée, puis de la virer lorsqu’elle riposte. Et toi aussi en passant. De toutes façons, vous retournez bosser demain. »
« Hein ? Mais il nous a dit de débarrasser le plancher ! »
« Et alors ? Le droit du travail n’a pas évolué en notre faveur ces dernières années, mais on ne peut quand même pas virer quelqu’un en une phrase. Y a une procédure à respecter. Donc tous les deux, vous continuez à bosser, en obéissant tout comme il faut. »
« Et bah, ça va être gai. »
« Tonton, arrête de te plaindre. Yaelle nous aide, et ça c’est trop cool. D’ailleurs, c’est quoi ton pouvoir, Yaelle ? »
« J’ai une mémoire parfaite. »
« Ah. C’est… c’est bien, aussi. »
« T’inquiètes, il me va très bien mon pouvoir. Par exemple, il me rappelle que tu dois porter plainte. D’autres avant toi ont dénoncé des violences, et se sont vu répondre que si c’était vrai elles auraient porté plainte. Je t’accompagne, ça risque de prendre un moment. »

Le soir.

« Tonton, ça va ? »
« Ouais, ouais. J’aurais pas dû accepter que tu bosses avec moi. Maintenant on est dans la merde tous les deux. »
« Mais non… enfin, pas beaucoup, quoi. Allez, pour te changer les idées, on va…

@FredricT J'adore cette série. J'aime bien l'histoire qui est en train de se construire ; je trouve super intéressant l'échange entre le narrateur et le public, qui l'oriente au fur et à mesure. Mais surtout, surtout, c'est tellement rafraîchissant de lire de la création originale, plutôt que du relais d'articles de presse ou de messages militants !
Merci à @XavCC pour la découverte, en passant.

@deltadelta Merci beaucoup pour le retour. J’ai un cadre global pour cet univers, mais je n’ai aucune idée d’où l’histoire va, ça se décide à chaque sondage !
Et le public me surprend souvent par ses votes. J’ai bien aimé comment le prof de philo a failli tourner gros facho, mais les bisounours ont encore gagné 😁​

Et merci @XavCC pour le partage !

@FredricT 🤣 J'avais hésité, pour voir le dénouement!

@PierreM Ah, première tentative de campagne électorale pour favoriser un vote, bravo 😁

@FredricT
en plus, c'est pour forcer la main au 4ème choix, celui qui nous cristalliserait parmi les bisounours... Remarque, en fait, c'est bien ce que je suis un bisounours! 💏 @PierreM

@dubs120 @FredricT ah bah c'est malin, maintenant, on voit vos préférences les gens, les mygales avant les gosses, c'est du propre.

@PierreM
Ou alors, c'est le résultat de la manipulation du maître du jeu!! 😱
En fait, FredricT est en train de définir des profils et nous oriente sournoisement vers ...?
@FredricT

@dubs120 @PierreM Comme il est impossible de prouver une négation, je me contenterai de dire que si je voulais choisir les résultats, je me contenterais d'écrire tout seul 😁

@Neea Ouais, je suis content de mes alternatives. Quand une proposition l'emporte largement, j'ai un sentiment de ne pas avoir proposé d'alternatives suffisamment intéressantes.

@Neea Et c’est de moins en moins serré. Les violents arrivent plus tard ^^

@Neea Pourquoi à la bourre ? Il reste 18h pour voter.

@FredricT Je sais, c'était plus taquin qu'autre chose

@FredricT Ah mince, j'ai râté ce sondage, et mon vote aurait TOUT changé!
C'était la 2, évidemment!

@dubs120 sur 33 votants, chaque clic vaut 3 %. Tu aurais dû voter ET faire campagne, pour influer sur le résultat !

@FredricT Rhôô, tu aurais pu laisser croire que je croyais avoir un rôle influent... même si j'avais fait le même calcul que toi! :blobwhistle:

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Imagimastodon

Le réseau social de l'avenir : pas de publicité, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Gardez le contrôle de vos données avec Mastodon !