22 juin 1941 : Hitler déclenche l’opération Barberousse, l’invasion générale de l’Union soviétique dont il rêvait depuis longtemps. D’abord victorieuse, l’invasion finira par échouer en décembre 1941 face à Moscou à cause du terrible hiver russe.

Hitler va dés lors devoir engager face à Staline énormément d’hommes et de matériel qui lui feront défaut sur d’autres fronts ce qui précipitera la défaite de l’Allemagne.

#CeJourLa
#Histoire

L’armée allemande supérieure techniquement et tactiquement mais mise en échec à cause de l’hiver russe, c’est une image d’Epinal qui est encore populaire mais que les historiens ont plutôt tendance à remettre en cause.

D’abord parce que l’aléa climatique qui a beaucoup gêné les Allemands c’est plutôt la Raspoutitsa (saison de la boue) : les pluies d’automne qui ont transformé les routes d’URSS peu voire pas goudronnées en véritable bourbier.

Ensuite parce que pendant la contre-offensice de Joukov à Moscou le 5 décembre 1941, les soldats soviétiques ont autant souffert du froid que les Allemands, n’étant pas toujours bien équipés. Et les fameux régiments sibériens déplacés pour défendre Moscou regroupaient assez peu d’hommes.

Le causes de la défaite allemande sont ailleurs :

- manque d’effectifs et de matériel. La Luftwaffe avait ainsi moins d’avions engagés en Union soviétique qu’en France un an auparavant

- sous-estimation du potentiel militaire et humain soviétique. Alors que l’état-major allemand estimait en juin 1941 le nombre de divisions soviétiques à 200, cette estimation remonta régulièrement pour atteindre 360 en décembre !

- terreur et crimes de guerre de masse exercés dés le début de l’invasion par l’armée allemande qui réveillèrent le vieux patriotisme russe et refroidirent les ardeurs de populations qui, dégoûtées des horreurs du régime de Staline, avaient au début plutôt bien accueilli l’armée allemande

- terreur exercée par la police politique soviétique fusillant sur-le-champ tout soldat reculant

- effondrement progressif de la logistique de l’armée allemande qui se révéla vite incapable d’acheminer pièces de rechange et carburants aux véhicules et chars qui s’enfonçaient de plus en lus profondément en territoire soviétique et furent pour cette raison incapables de maintenir leur rythme de progression.

Là est peut-être le facteur principal de la défaite allemande : une armée qui était faite pour le Blitzkrieg, la guerre-éclair. Très efficace pour des campagnes de courte durée, sur quelques centaines de kilomètres de profondeur comme la Pologne, la France ou la Yougoslavie mais peu voire pas adaptée à des manœuvres de grande profondeur comme sur le territoire soviétique.

Suivre

@ZoomHistoire Mais y a-t-il une seule armée au monde préparée correctement pour envahir et tenir un territoire aussi immense que la Russie ? Je ne le crois pas...

@thierrybayoud
Moi aussi. Simplement des actions militaires ciblées sur certaines régions comme le Caucase et/ou la côte balte avec une logistique bien pensée, préparée et sans sous-estimation du potentiel militaire soviétique auraient amené un résultat à mon avis bien différent.

@thierrybayoud
Sans compter que l'Allemagne aurait pu bien traiter les populations des territoires occupés, populations qui l'ont parfois bien accueilli ce qui lui aurait donné un vrai courant de sympathie et aurait provoqué la chute du régime de Staline.
Mais les nazis qui auraient bien traité les populations slaves et oublié leurs préjugés raciaux ça n'aurait pas été les nazis.
Mais un peu de patience : je reparlerai de tout ça en vidéo à la rentrée :-)

@ZoomHistoire Tout à fait d'accord avec ton analyse.

Chic, une nouvelle vidéo ! 😉​

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Imagimastodon

Le réseau social de l'avenir : pas de publicité, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Gardez le contrôle de vos données avec Mastodon !