Message épinglé

#mercredifiction - Travail, Prud'Hommes, Argent, Revanche 

Quand Géraldine reçut le virement bancaire des dommages et intérêts gagnés après deux ans de procédure Prud'homale contre son ancien employeur, elle se mit à rêver à ce qu'elle allait faire du temps libre dont elle disposait à présent.

Sur l'écran trop lumineux, la somme éblouissante contenait tellement de chiffres autour d'un point et d'une virgule qu'il lui avait fallu quelques secondes pour bien réaliser. Une somme aussi inhabituelle dans ses relevés il fallait faire un effort pour l'assimiler, laisser le temps au cortex de bien comprendre qu'elle était du domaine du possible. Sur la ligne de son solde créditeur le point séparateur des milliers ne simplifiait pas la lecture immédiate.

51.126,35
Soit : cinquante et un mille cent vingt-six euros et trente-cinq centimes.

À sa place, avec une telle somme, beaucoup n'auraient pas résisté longtemps à la tentation de s'offrir quelques cadeaux onéreux pour se consoler, après ces années de bataille éprouvantes.
Géraldine elle, ce qu'elle rêvait de s'offrir, à part payer le mois de loyer en retard et remplir le frigo, c'était une vengeance délectable sur les N+, les petit⋅es et grand⋅es managers, et les équipes RH insensibles.

Comment s’y prendre pour assouvir sa vengeance ?… allait-elle utiliser la violence, les menaces, les représailles physiques ?
Non. Maintenant qu'elle avait des journées entières à occuper comme elle le désirait, officiellement en recherche active d'un emploi mais officieusement pas du tout prête à signer un contrat de travail de sitôt, cette réponse se trouvait dans les propres mots de son ancien manager.

« Incrémentalité ».
Utilisé à tort et à travers, le concept était devenu un prétexte à toutes les exigences, toutes les entorses au code du travail. Personnel incrémental, objectifs, plannings à incrémenter.

Cette notion mathématique, passée dans le domaine du marketing, puis de l'entreprise en général, était maintenant synonyme d’heures supplémentaires non payées, de remplacement au pied levé, de doublement de la charge de travail pour boucler un dossier ou remplir une commande.
Pour ses supérieur⋅es hiérarchiques qui ne juraient plus que par l’incrémentalité, les souffrances humaines avaient disparu du champ des émotions tangibles. Dans leur vision incrémentale des choses, le stress n’était que le propre de l’employé⋅e incapable, l'inquiétude celui d'une absence de motivation. Incrémenter, c’était optimiser, c’était shifter, ajouter, additionner. Une addition est toujours une action positive. Et être positif c’est répondre oui à tout.

Sur la table à manger baignée d’un rayon de soleil passager, de très bonne humeur en pyjama et pantoufles, absolument positive pour une fois, Géraldine avait l’intention de donner un tout nouveau sens au terme indélicat.
Grâce à la compensation qu'elle venait de recevoir, une sécurité financière inespérée dont elle allait pouvoir profiter pendant quelques mois, voire quelques années, si elle n’était pas trop dépensière, l’équilibre venait de s’inverser. Elle sentait que la roue allait tourner un peu plus dans son sens.
D’ailleurs elle avait crû comprendre qu’aujourd’hui certaines entreprises avaient beaucoup de mal à recruter. Elle comptait bien en tirer parti de la façon la plus inventive, et suivre les conseils de sa psy, qui disait qu'il faut "aller vers ce qui vous fait du bien, ce qui vous donne de la satisfaction."

Après des années de sacrifice Géraldine comptait d'abord se divertir un peu.

Devant elle dans la fenêtre de recherche, plusieurs offres d'emploi se bousculaient déjà pour devenir les prochaines cibles de son attention.
L’incrémentalité allait changer de camp.


Message épinglé

Si vous aimez l'anticipation et la science-fiction soft, une ambiance révolutionnaire avec un petit côté espionnage et piraterie, mais que vous n'aimez pas vivre un récit au travers de personnages qui sont du côté de l'autorité (au service de la loi ou de l'armée), mon roman-feuilleton pourrait peut-être vous intéresser.

"Trois écoles" est en licence libre [CC BY-SA], lecture au format web, epub et pdf (gratuit et sans passer par Amazon et GAFAM):
troisecoles.noblogs.org/

Extrait du résumé de 4e de couverture
====================
La France, dans un futur proche. Depuis plus de dix ans un petit groupe clandestin s’organise en vue d’un projet insensé, renverser les structures centrales du pouvoir et de l’industrie dans le pays. Mais le temps presse, les pièces les plus importantes ne sont pas encore en place à l’approche du déclenchement révolutionnaire prévu par le groupe sans nom. Il faut réussir à négocier la sortie de laboratoire d’un outil à technologie neurale, par le réseau d’un trafiquant, et opérer un regroupement géographique avec une ancienne formation de combattantes dispersées à travers l’Europe...
---------------------

Le premier chapitre disponible est assez long (11 500 mots, l'équivalent de 35 pages en livre de poche) et se lit comme une nouvelle avec un petit récit qui a son propre développement rencontre-quête-résolution, tout en présentant quelques-un⋅es des personnages important⋅es et des futurs enjeux.

[CW: violence, isolement, dépression]

Les béta-lectures c'est long, et toujours un peu incertain. (Mais c'est super enrichissant).

Chez moi , l'extension qui fait de la traduction Offline (!) directement dans Firefox, n'arrive pas à lancer le "moteur de traduction". J'ai mis à jour FF (100), toujours le même problème.

Les pages en langues étrangères disponibles sont bien détectées, la traduction est proposée automatiquement, mais impossible d'aboutir...

:
-Le problème à trois corps de Liu Cixin j'ai essayé, mais ça ne marche pas du tout pour moi. Mais vraiment pas. J'ai lu un tiers du premier tome. Peut-être que le deuxième tome est mieux mais je passe mon tour.

-Avant ça j'avais lu un autre roman d'un auteur chinois, un policier cette fois, qui se passe dans la chine de la réforme des années 90 : Mort d'une héroïne rouge, de Qiu Xiaolong. C'est un peu long mais au moins c'est riche (si la Chine et la période vous intéresse), on apprend plein de choses sur la vie dans un régime qui essaie de changer de paradigme économique sans perdre la face, de s'ouvrir aux lois du marché pour survivre tout en essayant de renouveler ses cadres, avec le risque d'amoindrir le monopole autoritaire du parti et des ancien⋅nes révolutionnaires devenus des privilégié⋅es.
Par contre y'a des trucs sexistes, ça reste soft, mais on n'y échappe pas.

#mercredifiction [3] : Aliénation travail, petite revanche, bouffe, séance psy 

[3]

Le chômage a vraiment du bon.
En traînant au lit ce matin avec des tranches de pain recouvertes de pâte à tartiner, Géraldine se demandait si les Ressources Humaines ouvraient les CV pour faire une sélection sans vraiment lire les lettres de motivation. Si c’était le cas il y avait une petite faille dans sa stratégie. Ça lui avait presque gâché ses tartines. Arrière-goût de frustration un peu trop familier.

Sur sa liste de choses à faire avant de mourir elle hésite encore à cocher la première case.

Elle vérifie le dossier spam dans le petit écran, clique dessus plusieurs fois. Trop décevant de ne voir apparaître aucun signe dans sa boîte de réception. Aucune conséquence, même pas un accusé de lecture.
Tout ce qu’elle voudrait maintenant c’est vérifier son pouvoir de perturbation. Géraldine ne sera probablement pas satisfaite par l'expérience tant qu'elle n'obtiendra pas au moins une réponse exaspérée de la part d'une grande entreprise.

Dans une conversation à côté elle texte "Oui je suis obsessionnelle".
En retour elle reçoit un emoji castor à grandes dents.

Elle se concentre un instant. Il n’est pas question de se décourager aussi facilement. Elle va reprendre son historique sur la plateforme pour candidater, mais cette fois elle trompera les destinataires en mettant sa lettre de motivation personnalisée à la place du CV. Histoire d'être sûre que si la LM est secondaire le piège fonctionne quand même.

C’est sur la table à manger dégagée que les opérations se poursuivent. Il est déjà 10 heures, après les manœuvres elle se mettra à découper des légumes. Dans le courrier d’intentions elle ne change rien au couplet astral pour cœur de lionne, "effets de Saturne et Vénus" qui "appellent une réaction".
Quelques envois rapides à ses premières cibles, entre deux gorgées de verveine tiède avec trop de miel.

L'ambiance dans l'appartement est moins lumineuse que les jours précédents. Dans sa tête aussi. Il n’y a plus cette tristesse des contraintes horaires, mais une forme d’absence plane sur le temps qui passe. Quel est le sens d'une journée finalement, avec ou sans travail ? Peut-être que c'est tout le concept du calendrier qui est foireux, incrémental par nature. Depuis qu’elle se lève pour inventer son propre emploi du temps, Géraldine trouve bien de quoi s'occuper : elle peut faire tout ce qui était impossible en rentrant crevée le soir, cinéma, inscription à la médiathèque, à la piscine. Marché du jeudi matin. Elle teste même tous les jours une nouvelle routine d’exercices sportifs de moins de 20 minutes.

Pourtant après quelques semaines bien méritées à glander, remplir son temps libre n'apporte pas non plus une réponse évidente à la recherche de sens que le travail vous enlève. Reprendre le contrôle de ses journées et de ses choix était la base nécessaire pour chercher du sens, mais comme elle est en train de s’en rendre compte aussi pendant les séances, une fois l’obstacle dépassé il y a parfois cette angoisse de l’absence, parce qu’il n’y a plus rien sur quoi se concentrer.

En pantoufles pilou, assise devant l’ordinateur portable, elle regrette presque sans l'avoir connu la présence affectueuse d'un chat.

Le téléphone tressaille. Fatiah l'invite à boire un verre ce soir.
Elle regarde une vidéo de Pilates, se demande si c’est vraiment pour elle, commence une liste de séries à télécharger, feuillette les magazines posés en désordre sur une chaise.

Au bout de trois quarts d'heure, nouvelle inspiration.
La suite d’une discussion fictive, comme si Géraldine écrivait un dialogue. À la fin de la lettre de motivation toujours ouverte sur l’ordi elle rajoute cette phrase improvisée :
"Il m'est difficile dans l'attente d'une réponse de prêter attention à mes proches qui pourtant en auraient besoin."
Un peu de pathos pour provoquer une réaction de la part des départements du personnel, voila peut-être ce qui manquait. Elle ne sait pas d’où ça lui vient, son côté créatif a l’air d’apprécier l’absence de chefaillon colérique.

Doigts habiles sur les formulaires, elle refait une tournée d'envoi, toujours aux mêmes destinataires. Société de recrutement, hypermarché, startup dans l’alimentaire, usine de prototypes de trucs…
Quand tout est parti, qu’il n’y a plus de bouton d’envoi sur lequel se défouler, elle se demande soudainement quel est le but d'encombrer la boîte mail de quelqu'un qui n'aura peut-être pas plus mérité qu'elle d'être essorée par les rouages du bureau. Un⋅e stagiaire, un⋅e réceptionniste, tout en bas de la hiérarchie, qui ramasse à la place des autres. Le monde du travail est bien foutu pour séparer les gens des vraies conséquences qui devraient leur être attachées.
C'est peut-être ça l'adjacence d’ailleurs ? Personne n'avait compris où le dernier coach voulait en venir dans sa prédication pour « collaborateurs », entre l’atelier coloriage et taï chi.

Ses courriers ne lui paraissent plus si amusants tout d'un coup. Géraldine se lève pour aller réfléchir devant la liste sur le frigo, son centre stratégique.
Il manque quelque chose d'évident.
Ça saute aux yeux quand elle regarde l’aimant en forme de fruit, qui lui rappelle un jeu vidéo. Dans ses essais, comme dans les jeux, il faudrait pouvoir mesurer une progression. Elle avait commencé à énumérer les moyens, sur le papier accroché en face d’elle, mais il lui faut également une échelle des cibles, un organigramme. Pour donner corps à une revanche incrémentielle il fallait viser un peu plus haut.

Nouvelle petite inquiétude qui pointe. Qu'est-ce qu'elle va dire à la psy à propos de tout ça? « Je tente une carrière d'amuseuse » ? Pour que l'autre lui réponde: « Ça ne fait rire que vous. » ?
Géraldine sait que la psy ne se permettrait pas de se moquer ouvertement. Qu’elle laissera toujours la parole s’exprimer librement, sans jugement. Et ça ne serait pas sain de se retenir de parler de ce qui l’occupe vraiment, de mentir par omission.
Trop tard pour regretter de toute façon. Tous les messages sont partis depuis un quart d’heure.

Pendant qu’elle ramasse la vaisselle du petit-déjeuner, une notification résonne. Nouveau mail.
Géraldine ouvre l'appli.

Wah.
Quelqu'un est vraiment en galère de personnel. Malgré toutes les conneries qu'elle envoie pour se détendre, on lui propose direct un entretien d'embauche, demain à 15h.

Qu’est-ce qu’elle a de prévu demain ? Rien de particulier.
Elle confirme le rendez-vous.

Il est peut-être temps d'entrer dans le vif du sujet au lieu de jouer nonchalamment en pantoufles.
Une publicité ciblée dans le coin de l'écran demande "Êtes-vous prêt pour passer à la prochaine étape de votre carrière ?"

Géraldine est prête.
Il ne lui reste qu'à trouver une garde-robe vraiment adjacente.


Afficher le fil de discussion

Les béta-lecture et corrections ça prend du temps, alors mon chapitre 2 sera en ligne plutôt début juin, mais on y arrive :)

#mercredifiction [2] : Humiliations travail, petite vengeance, argent, horoscope 

[2]

Une feuille A4 accrochée au frigo sous un magnet kiwi. Géraldine contemple les deux mots qu'elle vient d'y inscrire au feutre : "arrêt maladie".
Elle se tient debout dans la cuisine, concentrée, équipée. En passant faire les courses plus tôt dans la journée elle avait succombé au charme d'une magnifique paire de pantoufles en pilou. Étonnement c’est le premier vrai achat qui lui donne l'impression de flamber avec les dizaines de milliers d’euros arrivés sur son compte. Et désormais elle met un point d'honneur à toujours préparer sa revanche les pieds dans ses nouvelles charentaises préférées. Des chaussettes confort et un gilet en molleton corail complètent la tenue de conspiratrice.

Procéder dans l'ordre. Un motif. Des moyens. Des cibles.
Avec la liste à peine amorcée sur le frigo, il s'agit de recenser tout ce qui va l'aider à piquer là où ça fait le plus mal. "CE QUI LES ÉNERVE".
Sans se presser. Pour l'instant le plaisir réside dans la préparation, dans le fait de savourer ce luxe d'avoir les moyens.

Une nouvelle idée lui vient, à ajouter sur le papier : "Abandon de poste".
L'odeur légèrement âcre du feutre sature ses souvenirs d'humiliations sur des lieux de travail. Mais rien ne sert de remuer la boue maintenant, la liste se remplira d'elle-même, petit à petit. Pour la psychothérapie il y a un espace et un temps dédié.

Après la phase de réflexion, la phase de création. Atelier d'écriture.
Elle lance l'écoute d'un morceau d'Amnesia Scanner sur l'enceinte.
La première chose qu'elle avait toujours rêvé de faire pour ridiculiser les demandes à la con des patron⋅nes, c'était de se lâcher dans les lettres de motivation. Sérieux, ça existe encore ça, les lettres de motivation ?
Faut croire que oui à en juger les offres d'emploi ouvertes sur son ordi.

Géraldine se rassoit au bureau de commandement. Une infusion coup de fouet mélisse sauge et sariette dans la tasse encore chaude, le café c'est fini depuis quelque temps. On vit plus détendue quand le réveil ne sonne pas à 6h30.
Devant elle sur la table à manger, des magazines récupérés dans la cabine à livres du quartier. Géraldine a toujours eu l'esprit un peu créatif, même si elle évitait de le montrer dans les ateliers de team building malaisants. Tous les magazines sont ouverts à la page horoscope.
L'Horoscope c'est génial, une mine d'idées à la con du même tenant que celles qu’on entend en entreprise. En combinant quelques phrases prédictives on obtient le genre de perles de sagesse proférées par des managers.

Le curseur clignote sur la page prête à être rédigée.
Géraldine fait son choix parmi l'offre astrale: « Ce n'est pas de votre fait, mais les effets de Saturne et Vénus appellent une réaction. » Plus loin sous le signe Taureau: « Vous secouez les carcans, vous écoutez vos envies profondes. »
C'est bien mais elle est obligée d'ajouter une touche plus personnelle.
« Un cœur de lionne sous un pelage de castor ». C'est ce que sa collègue Fatiah disait d'elle pour plaisanter. La lettre de motivation ne peut pas commencer autrement.

« Cœur de lionne sous un pelage de castor, je secoue les carcans et j'écoute mes envies profondes.
Ce n'est pas de votre fait, mais les effets de Saturne et Vénus appellent une réaction. Contactez-moi. »

Géraldine est assez fière du résultat.
Dans un premier temps le but est de rigoler en réalisant son délire. La pensée de faire perdre du temps aux RH dans leur sainte journée de productivité sera le premier de ses petits plaisirs. Si elle pouvait carrément leur faire perdre leurs nerfs ce serait encore plus drôle. Sur les annonces vraiment dérangeantes elle compte s'acharner un peu, renvoyer plusieurs fois le même CV, accompagné d'une lettre qui évolue. Une discussion dans le vide, en mode foutage de gueule - mais avec une certaine subtilité ? À voir plus tard, selon l'inspiration du moment.
Géraldine a bien conscience que le côté rigolo des courriers ne durera pas éternellement.
Quand tout le fun des mailings aura été épuisé, il faudra penser à changer de distraction.

En scrollant, un résumé de poste à pourvoir attire son regard :
« Vous voulez intégrer une entreprise qui place l'humain et l'épanouissement de chacun au centre de sa stratégie ? »
Elle choisit "postuler", sans réfléchir, sans prendre la peine de vérifier si son expérience est adaptée au poste. Elle attache les deux pièces jointes requises. CV et recommandations de Saturne.

Le bouton Envoyer brille comme un sort.
Un petit instant pour savourer ce nouveau pouvoir.
Elle clique.

Grâce à Géraldine, chez Groupe Evelis, quelqu'un va passer une journée encore plus belle.


Bande son :
amnesiascanner.bandcamp.com/track/as-tearless-feat-lalita

Afficher le fil de discussion

Rappel historique: le 1er Mai c'est pas "la fête du travail".

J'ai commencé à lire Proletkult, du collectif anonyme italien Wu Ming.
C'est de la science-fiction au début de l'époque soviétique (1927).

Édité par Métailié en France, mais l'ouvrage est copyleft, gratuit en version numérique sur cette page :

wumingfoundation.com/giap/2021

Résumer un Toot avec les mots clés les plus choquant dans le CW ça donne un sens encore pire au contenu parfois. Faut peut-être que je travaille sur ma façon de présenter les Content Warning... (Parce qu'en vrai j'aime beaucoup la culture de l'avertissement de contenu ici !)

Banque, Trump, mort 

Lire les gros titres depuis quelques années c'est beaucoup plus extraordinaire que de lire de la fiction. (Même si y'a aussi une part de fiction dans toute forme de présentation des faits par les médias, à des degrés différents.)

Avoir configuré Timeshift il y a longtemps pour faire des backups de son système Linux régulièrement (par exemple toutes les semaines et n'en gardant que 3 ou 4 par roulement), un jour ou l'autre, ça vous sauve la vie.

/r/rojava was banned from reddit. More than 34,458 subscribers. No recent reports of any problems. No information about why it was banned. Thousands of posts about Rojava since 2014. A unique hub of information.

/r/CombatFootage/ is going strong, so it ain't about violence.

[2] Ukraine, unités de combat libertaires 

Un exemple du mode de fonctionnement des groupes anarchistes de combat en Ukraine (GNIP) :

"nous avons introduit le système des comités élus, emprunté aux insurgé⋅es kurdes, et nous organisons des réunions dans nos unités où chacun peut formuler des critiques, notamment sur les activités des commandant⋅es. Nous avons également organisé des élections démocratiques pour le comité des médias."
"There are no racists or homophobes among us, and there are several women in the platoon, who support the feminist agenda in practice."

source: autonomies.org/2022/04/anarchi

Afficher le fil de discussion

Ukraine, résistance anarchiste, appel à dons 

En Ukraine plusieurs unités anarchistes de combat se battent de façon autonome face à l'armée russe.
Les libertaires qui ne prennent pas les armes s'organisent aussi pour de l'aide matérielle et logistique, et de l'assistance humanitaire.
Operation solidarity est un de ces groupes anti-autoritaires qui fédère la résistance et qui aide les réfugié⋅es.

Si vous ne savez pas quelle organisation soutenir en Ukraine allez jeter un œil ici : operation-solidarity.org/how-t

Une autre campagne de soutien à des résistant⋅es libertaires est "Good night imperial pride" : gnip.blackblogs.org/

Les dons servent principalement à acheter de la nourriture et du carburant (Operation solidarity), ou de matériel spécial (par exemple lunettes de vision nocturnes pour GNIP)

Bienvenue aux nouveaux-nouvelles qui fuient Twitter ! :blobcatsneeze:

Plus anciens
Imagimastodon

Le réseau social de l'avenir : pas de publicité, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Gardez le contrôle de vos données avec Mastodon !