C'est un peu une private joke mais pas trop quand même ^^
Merci en tout cas d'être venu.es (et oui je sais ça vous faisait plaisir autant qu'à moi, mais je suis joie donc j'exprime de la reconnaissance pour le moment)

@sabrina @meli_melo @azaliz @Leo_Henry et @k_tastrof (hors du pique-nique)
Je vous revoie aujourd'hui pour qui est encore à Epinal ^^/

Afficher le fil de discussion
Eva D Serves a partagé

Quoi ?

La Résille est un travail collectif basé sur des ateliers d’imaginaires réalisés en ligne durant l’année 2020. Il est inspiré des Labo-fictions des Ateliers de l’Antémonde. @antemonde

Qui ?

14 participantes au total, dont trois qui ont organisé et repris l’univers de la Résille ensemble.

En quelques chiffres :

- 3 ateliers
- 14 participantes
- 4h30 d’enregistrement
- Plus de 100 lignes de dialogues pour près de 22500 signes, soit 10h de travail de transcription.
- Une dizaine de réunions de préparation plus ou moins efficaces.
- 3 fous rires (minimum)

Eva D Serves a partagé

comme tout le monde en ce moment, je vous #mardiconseil Dans la maison rêvée de Carmen Maria Machado, qui est un formidable livre sur l'abus, l'emprise amoureuse, les violences conjugales + une autofiction + un récit d'horreur / maison hantée + du grain théorique à moudre sur les représentations des relations lesbiennes. la construction est particulièrement habile, qui vous piège et vous retient : un page turner weird, cérébral & déstabilisant

Eva D Serves a partagé

Dans la continuité de cette discussion, un grand merci @oniricorpe pour cette référence passionnante :

Introduction à la théorie crip

charlottepuiseux.weebly.com/in

Afficher le fil de discussion
Eva D Serves a partagé

Jimenez : j'ai fait un film sur la BAC nord
Critique : ok mais vous pensez pas que ça sert la soupe à l'extrême droite ?
Jimenez : COMMENT OSEZ VOUS DIRE ÇA
Le Pen : excellent film
Zemmour : regardez ce film
Jimenez : Oh no 😢
franceinter.fr/societe/cedric-

btw pour les gens qui seront aux imaginales on (c'est à dire sur une initiative d'Oasis Nadrama avec moi en co-orga) organise un pique-nique queer le samedi à 13h dans le parc. C'est pour parler d'imaginaires LGBT+, se voir et discuter de choses politisées.
Je sais pas trop qui mentionner vu que je sais pas qui sera à Epinal mais @sabrina @k_tastrof @Meor @meli_melo @azaliz ?
En tout cas, il y a un évènement fb là facebook.com/events/5389552772 mais vous pouvez aussi nous retrouver direct là-bas ou passer par moi pour savoir où on est (dans ce cas ptet contactez-moi à l'avance parce que j'ai pas internet sur mon téléphone)
(c'est aussi ouverts aux allié.es)

Eva D Serves a partagé

fr pol, déconjugalisation AAH 

Aujourd'hui est discutée une PPL de LR durant leur niche parlementaire conçernant l'élargissement des droits de la PCH ainsi que la déconjugalisation de l'AAH

Le Gouvernement, LREM ainsi que le MoDem ont de nouveau démontré leur mépris des personnes handicapées et leur handiphobie explicite en votant les amendements de suppression successifs de *l'ensemble* des articles de la Proposition de Loi, qui s'est déjà vu rejetée de la même manière en commission.
Plutôt que simplement voter contre la PPL, le Gouvernement/LREM/MoDem ont volontairement affiché leur position méprisante en détruisant méthodiquement celle-ci.

Dossier législatif (AN): https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/justiceetautonomieenfaveurdespersonnesensituationdehandicap
Résultats du scrutin public sur l'amendement supprimant l'article 4 pour la déconjugalisation de l'AAH: https://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/15/(num)/3987
L'ensemble des scrutins publics sur la PPL: https://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/liste/(legislature)/15?idDossier=DLR5L15N43265
Eva D Serves a partagé
"De manière générale, c’est Toni Morisson qui a raison quand elle dit :

Je pense juste que la bonté est plus intéressante. Le mal est constant. Tu peux imaginer différentes façons de tuer quelqu’un, mais tu peux le faire dès l’âge de cinq ans. Il faut être un adulte pour consciemment, délibérément faire le bien – et c’est difficile.
[Citation traduite d’un article The Guardian, 2016]"
Afficher le fil de discussion
Eva D Serves a partagé
"C’est une idée que je voudrais voir plus souvent.

Pour moi, une des raisons pour laquelle beaucoup d’utopies échouent (sont à twist, inhumaines ou stériles) c’est qu’elles veulent à tout prix edicter leurs règles.

Mais ce sont les normes qui nous empoisonnent : non pas leur contenu mais la normativité même. Supprimer une norme pour en imposer une autre n’améliore rien. C’est juste restrictif d’une autre manière, car un système rigide reste un système rigide. Ce même s’il repose sur des lois qui à l’heure actuelle nous semblent meilleures que celle que nous avons actuellement.

Plus j’y pense, plus je me dis qu’une utopie ce n’est pas un monde sans problème, c’est un monde où l’on s’est donné les moyens de résoudre les problèmes.

Un monde où l’on communique, où l’on débat, où l’on expérimente, où l’on crée, où l’on s’autorise à ne rien faire aussi, où l’on échoue mais où ce n’est pas grave car tout ne tourne pas autour de la réussite obligatoire et d’une recherche constante d’une perfection illusoire.

Et puis, ce n’est pas obligé d’être grand : personnellement, je ne peux m’empêche de voir le vaisseau de l’espace d’un an comme une utopie miniature, réduite aux membres de l’équipage. Ce sont des gens qui voyagent ensemble à travers l’espace, qui rencontrent des problèmes, se disputent parfois, mais s’aiment et savent trouver ensemble des solutions. (Voir ma chronique complète)

Bref : une utopie c’est un peu bordélique."

(je te rejoins carrément là, @Eva !)
Afficher le fil de discussion

Sinon pourquoi personne m'a jamais parlé de la série Dickinson ? Je suis tombée dessus car j'aime bien Halee Steinfield, une chanteuse qui est aussi l'actrice principale du show (et qui a fait cette bande son m.youtube.com/watch?v=nHUF9QZt), et que j'ai fini par tomber sur des images saphiques et en costume d'elle avec une autre actrice.
Bref c'est très librement inspiré (y a des anachronismes en terme de musique, d'expressions comme "asap" et aussi de certaines postures il me semble), ça dresse un portrait de la poétesse qui est bien plus punk (? j'sais pas si c'est le bon mot) que l'image très sobre donnée par l'autre biopique intitulé "a quiet passion". Mais j'aime beaucoup l'approche : chaque épisode porte le titre d'un poème de Dickinson (enfin du premier vers d'un poème car les poèmes en question avaient pour la plupart pas de titre) et le place dans un contexte, ce qui à mon sens rend la poésie accessible (en tout cas pour moi qui ait du mal avec la poésie pure si j'ai pas le contexte d'une histoire dans laquelle elle s'inscrit/pourrait s'inscrire). Et puis j'aime beaucoup le personnage d'Emily qui est à la fois aux en couleur, excentrique, qui halucine parfois, qui veut à tout prix écrire, qui s'angoisse beaucoup. J'aime aussi beaucoup sa relation avec Sue.
Bref je recommande pas pour la véracité historique (de toute façon j'ai pas les connaissances pour juger cette partie) mais j'ai passé un chouette moment ^^

Eva D Serves a partagé

article sur la psychose 

Je partage à mon tour cet article: "Mais qu'est ce qu'un délire?"
mxdandelion.medium.com/mais-qu

Shitpost netflix (un peu long) 

J'dis pas que "queer force" c'est nul, je dis juste que le film "my little pony" est politiquement plus pertinent ¯\_(ツ)_/¯

(d'un côté une série avec des perso lgbt, mais qui restent des militaires qui font des trucs de militaires, et avec tant de blagues de cul que ça nuit à certaines sous-intrigues de développement de perso. Tous les gens qui l'ont vu semblent dire la même chose "c'est pas pire". Bon)
(de l'autre trois clans de poney qui se font la gueule dans un monde d'où la magie a disparue, et c'est l'occasion d'explorer trois manière dont la peur de l'autre peut être socialement entretenue : chez les poney terrestre, la police fait régner l'ordre avec la complicité d'une entreprise de création d'armes "de défense" (et oui ça finit avec un chef suprême), chez les pégases, une élite ment pour faire croire qu'elle a tjs la capacité de voler afin de "rassurer" la population, chez les licornes, c'est la superstition qui règne et tout le monde est déprimé. On nous présente un artefact à réparer pour ramener la magie mais *spoiler* ça ne marche pas : c'est pas l'objet qu'il faut réparer, c'est la confiance, car c'est de l'amour que nait la vraie magie. Une fin qui, vous me direz, pourrait être convenue, mais ne l'est pas tant : Puisque aucun clan de poney n'est position de dominer les autres (ils font juste bande à part), y'a pas ce côté "oui bon on vous a opprimé pendant des décennies mais maintenant on est potes, no offense" que y'a dans beaucoup trop de dessin animé pour enfant (coucou disney). Bref ça rend le happy end cool plutôt que convenu et dépolitisant. Pis la mèche arc-en-ciel qui apparait dans les cheveux de l'héroïne au moment où la magie revient je peux pas lire ça autrement que comme un CO)
(Also c'est ptet mon sens de l'humour qui manque de "maturitéTM", mais j'ai plus ri devant my little pony que devant queer force)

Eva D Serves a partagé

FrPol ; Séances psys remboursées... ou pas. 

"Les séances de psy seront bien remboursées mais leur tarif plafonné"

https://www.capital.fr/economie-politique/les-consultations-de-psychologues-devraient-bien-etre-remboursees-par-lassurance-maladie-1415582

> Emmanuel Macron a annoncé une base tarifaire de 40 euros pour la première séance dédiée au bilan psychologique, puis de 30 euros pour les suivantes. Or il ne s’agit pas de la partie remboursée par la Sécurité sociale mais de tarifs plafonnés.

Autrement dit, si vous consultez un psychologue dont la séance classique coûte 60 euros, vous ne serez pas remboursé à hauteur de 30 euros par la Sécurité sociale et n’aurez pas non plus un reste à charge de 30 euros. Seules les séances plafonnées à 40 ou 30 euros seront prises en charge.


---

Voilà donc bah tou-tes les camarades et ami-es qui raquent 60 balles par séance, rangez pas votre portefeuille, rien va changer :)
Eva D Serves a partagé

pol fr 

sur twitter on peut lire "melanchon a gagné" ou "zemmour a gagné".

Moi je vois juste qu'on a toustes perdu parce que discuter avec zemmour, c'est rendre ses idées de merde légitimes.

C'est ça que ça veut dire "on ne discute pas avec l’extrême droite"

Vidéo intéressante sur la montée en popularité de courants à la croisée d'une spiritualité réappropriée (au sens de l'appropriation culturelle) et du développement personnel : youtube.com/watch?v=6P67Nnztyl

En vrai c'est presque frustrant parce que y'a plein d'éléments qui sont tous très survolés et qui mériteraient des vidéos à part entières (notamment sur les différents mouvements de type anthroposophie pour expliquer mieux d'où ça vient et pourquoi c'est régulièrement épinglé comme dérive sectaire, de même y'aurait beaucoup à dire sur l'appropriation culturelle), mais ça donne une vision assez vaste (et introductive) de l'ampleur du mouvement que l'on retrouve jusque dans les spots publicitaires et dans la pop-culture (là encore, il n'y a qu'un seul film cité, avatar, et j'aurais aimé une analyse plus poussée).

Bref personnellement c'est un sujet qui m'intéresse beaucoup : comment des mouvements à la base contestataires (ici en se positionnant contre la rigidité de la science qui manque parfois d'humanité dans son application) vont en venir à jeter le bébé avec l'eau du bain (rejeter toute la science et la raison au lieu de questionner ses modalités) et donner naissance à des paradigmes différents mais pas moins violents (placer son instinct au cœur de tout si on fait pas attention c'est aussi placer ses préjugés sur un piedestal, et ça peut empêcher de déconstruire les idées oppressives avec lesquels on a toustes grandi, comme d'ailleurs les préconceptions nouvelles amenée par la doctrine. D'où les dérives sectaires) qui finissent par s'intégrer parfaitement dans le systèmes qu'elles entendaient contrer (parce qu'au final ce n'est pas les fondements idéologiques du système qui sont attaqués, mais ses outils : on s'attaque à la science plutôt qu'à la déshumanisation et à l'individualisme méritocratique. On crée une spiritualité qui implique de se développer personnellement. Et bon y'aurait mille trucs à dire sur le développement personnel mais j'vais m'en tenir là).
Ça me questionne en fait à chaque fois que j'essaie d'avoir une réflexion politique (donc presque à chaque fois que j'écris), parce que je me dis que je suis pas à l'abri de tomber dans des biais similaires où je ne m'attaque pas au bon pb (genre : je vois que quelque chose ne va pas, mais j'échoue à trouver quoi exactement et du coup je tape à côté et je finis par causer plus de mal que de bien 😬​)

Wow je suis tombé.e sur cet article où je relate tellement !! jessemeadows.medium.com/autist (en anglais)
La personne a le même parcours : rencontrer des personnes queer, commencer à se définir comme non-binaire en pensant "enfin ma vie s'explique ! Enfin des gens qui me comprennent !" Et puis, suite à un évènement (dans son cas le confinement, dans le mien un gros meltdown suite à un fail de relation sociale) s'apercevoir que l'on est aussi autiste, et que ça explique bien mieux. Plus on y pense plus on se dit que les deux (queerness et autisme) sont indissociables, que notre genre est un neurogenre.

T'ajoute à ça la forte commorbidité entre les deux conditions (8 fois plus de chances d'être nb quand on est autiste, 7 fois pour les adhd. Réciproquement 75% de non-binaires qui s'avère adhd) et il faut vraiment qu'on ai des études sur l'historicité de la non-binarité en lien avec les neuroAtypies. Quelle part de la culture queer vient des personnes neuroA (pas forcément identifiés comme tel.les) ?
Par exemple sur fantastiqueer : on est deux à l'avoir organisé, et on est respectivement autiste et tdah. C'était pas un hasard la TR sur l'autisme (et que les trois autaires autistes auxquel.les j'ai pensé en premier étaient toutes soient queer soit avec de la rep queer dans leurs bouquins).
(Also je fais le lien entre non-binarité et autisme, mais probablement y a autant à dire sur l'aromanrisme/assexualité)
Bref plus j'y pense plus je me dis que les arguments pour faire avancer la cause LGBT+ de type "on est pas fol" sont mauvais. J'veux dire bien sur la psychiatrisation est une violence mais s'en est une aussi pour les personnes autistes, bipolaires, schizophrènes, etc. C'est toute la psychiatrie en tant qu instance de contrôle qu'il faut combattre, pas juste la partie qui nous concerne (et je dis ça aussi en pensant aux autistes qui veulent suivre le même chemin de désolidarisation du reste de la neurodiversité.) Bref j'abordais déjà un peu le sujet là evadserves.ovh/index.php/2021/

Lati Babeni et moi on sera dans le supplément numérique du futur numéro de Galaxie dédié au uchronies.
"Mais qui est Lati ?" me demanderez-vous : et bien c'est une des personnes dont je vous encourage à suivre le travail (je l'avais d'ailleurs déjà interviewée pour mon article sur le neutre dans la fiction, que je vous re-link parce que tant qu'à faire... evadserves.ovh/index.php/2021/) (évidemment dans le sommaire y'a pas que nos deux nouvelles, je vous laisse regarder)

Nourriture 

Le côté positif, c'est que la brioche dorée fait à nouveau ses tartelettes chocolat-pistache (avec deux petits macarons, c'est la meilleure pâtisserie et la dernière fois que c'était à leur carte ça devait être 2017)
Le côté négatif, c'est que huit heures de train c'est long, et que j'ai mangé la dernière miette de gâteau y a déjà quatre heures 🥺

Le problème quand on a des trop bonnes lectures c'est qu'on les finis trop vite, et on se retrouve de nouveau au moment où il faut avancer dans ces lectures qui trainent (ce sont d'excellentes lectures en plus, mais va savoir pourquoi j'avance pas)

Toujours est-il : j'ai lu (enfin dévoré en moins de 24h) "Dans la maison rêvée" de Carmen Maria Machado (sur recommandation de @Meor et du reste de la librairie les mots à la bouche, merci beaucoup pour la reco !!!) qui parle d'une relation toxique et lesbienne. C'est autobiographique, et c'est raconté via une succession de très courts chapitres qui sont tous titrés "la maison rêvée à la manière de [insérer un descriptif]", ce qui permet à l'autrice d’emmêler une narration chronologique de son histoire (racontée au tu) avec des réflexions faites par elle plus tard (au moment d'écrire, pendant qu'elle fait des recherches, ce questionne sur l'importance de représenter aussi les personnes queer dans leurs imperfections, au risque de nier leur humanité) (raconté au je). Cela lui permet aussi d'expérimenter des genres littéraire pour mieux cerner les choses, sous leurs différentes coutures (mention spéciale au chapitre "à la manière d'un livre dont vous êtes le héro")

Bref : j'ai toujours pas fini de tout démêler mais je peux déjà dire que je recommande+++

(Oh du coup j'ai oublié de faire ma blague : j'ai lu "lecture facile" qui n'était... pas une lecture facile xD)

Afficher le fil de discussion
Plus anciens
Imagimastodon

Le réseau social de l'avenir : pas de publicité, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Gardez le contrôle de vos données avec Mastodon !